Journalisme et médias sociaux

Il y a quelques jours, le deuxième Atelier Média du Lab de Radio Canada a eu lieu. C’était l’occasion de rencontrer Xavier Kronström Richard, journaliste et éditeur réseaux sociaux à Radio Canada.

Zohra Laïd : Les rencontres des Ateliers Médias se font dans le cadre de projets réalisés par le Lab de Radio Canada. Qu’est-ce que ce Lab ?

Xavier Kronström Richard : On a mis sur pied un projet, tout petit au départ, de laboratoire. Une sorte de communauté d’incubation, d’idées de projets, fondée il y a an et demi qu’on a appelé « RCLab » pour le Laboratoire web de Radio Canada. C’est avant tout une communauté, l’idée c’est de mettre en relation des gens, de s’assurer entre nous, employés de Radio Canada, qui fait quoi, qui a de bonnes idées, avec qui on aimerait travailler davantage, de mélanger un peu les métiers. Ensuite de s’ouvrir, dans un second temps, avec la société civile où les collaborations se passent tout azimut. C’est cette idée d’ouverture qui nous a motivé, de pouvoir bâtir des projets avec un peu tout le monde.

crédits photo : Élisabeth Charbonneau

Xavier Krontröm Richard // crédits photo : Élisabeth Charbonneau

ZL : Ces projets s’inscrivent clairement dans une approche du journalisme tourné vers le numérique, les technologies, la nouveauté quelle qu’elle soit. Quelles sont les stratégies adoptées par Radio Canada envers les médias sociaux ?

XKR : Je dirais qu’on a une approche double. D’abord, une approche en information qui est assez particulière. Une approche liée au contenu, à la qualité de l’information, au suivi journalistique de l’actualité donc l’aspect « connecté » des journalistes. Les journalistes sur le terrain tweetent par exemple. Le cycle de l’information passe beaucoup par les médias sociaux. Il faut que Radio Canada soit là, soit présent sur ce terrain là aussi [des médias sociaux]. Il faut de mieux en mieux utiliser les outils dont nous disposons pour allonger le cycle de vie des nouvelles.

D’un autre côté, il y a le pôle « divertissement » [le pôle où travaille XKR, art, culture, information].Là c’est plus un travail de communication, comment travailler l’engagement des gens, utiliser les outils, que sont les médias sociaux, pour mieux discuter, créer et développer les communautés. Tout cela s’accompagne de plusieurs initiatives pour intéresser et informer les lecteurs à la culture numérique. Et parfois à créer cette culture numérique, étant donné que nous avons cette capacité à jouer un rôle important dans l’univers numérique canadien. On essaie d’être la référence qu’on est en information sur les réseaux sociaux.

ZL : Qu’apporte les médias sociaux au journalisme aujourd’hui ?

XKR : Beaucoup de choses. Il y a toute la notion de dialogue qui rentre en compte. Il y a une réelle révolution qui se déroule. Le format du « broadcast » existe de moins en moins. Faire un topo et le diffuser ne suffit plus. Avec les médias sociaux, il y a toute une communauté qui se créée. Les journalistes ne peuvent plus se permettre d’agir en « bourgeois de l’information », d’aller cueillir de l’information et de quitter l’endroit sans avoir un réel investissement dans les faits. Il y a une évolution et tous les défis qui vont avec la profession elle-même : qui est journaliste ? Qui ne l’est pas ?

ZL : Existe-t-il de nouvelle pratique journalistique avec une approche des médias sociaux au Québec ? 

XKR : Il y en a certainement mais nous ne sommes pas l’avant-garde. Nous n’avons pas la puissance économique que peut supporter un New York Times par exemple. Nous ne pouvons pas passer 6 mois à développer une histoire en combinant plein de nouvelles technologies qui n’ont pas été utilisé, comme du HTML 5. Tout cela coûte cher. Il faut une économie faite pour ça. Ici, au Canada, au service public, nous avons une très bonne pratique. Nous ne faisons pas partis des plus audacieux pour essayer de nouveaux procédés mais nous avons nos moments d’innovation. Des moments de crise comme le Printemps Erable en 2012 ont vu débarqué de nouveaux médias étudiants, notamment un média qui diffusait en direct avec une caméra live-stream l’action au centre des manifestations grâce à une connexion satellite. Cet événement particulièrement a beaucoup fait avancer le raisonnement chez Radio Canada. Je ne dis qu’on a acheté ces caméras mais nécessairement cela passe par des chocs qui font que les meilleures pratiques se créent.

Retrouvez l’article de Blaise Fayolle sur la deuxième édition des ateliers médias.

Advertisements

One thought on “Journalisme et médias sociaux

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s